Nous suivre

Tennis

Les jeunes pépites du tennis français #6 : Hugo Gaston

Publié

le

beIN Sports

Alors que les cadors du tennis français sont dans une passe difficile, de jeunes joueurs pointent le bout de leur nez afin de prendre la relève. Ces joueurs ont entre 17 et 21 ans et jouent principalement dans les tournois Futures et Challengers. Ils donnent tout pour atteindre les sommets, tout en sachant que le chemin sera long et périlleux. Aujourd’hui, Dicodusport s’intéresse au plus jeune joueur français du top 300 mondial et probable relève du tennis tricolore : Hugo Gaston.

Biographie

Hugo Gaston est né le 26 septembre 2000 à Toulouse. Il commence le tennis très tôt, à l’âge de 3 ans, bien aidé par son environnement familial. Son père Thierry est en effet président d’un club de la région toulousaine. Le jeune français montre des belles capacités très tôt. Il est repéré à 5 ans par Marc Barbier, coach fédéral de la Ligue Occitanie et encore entraîneur personnel d’Hugo aujourd’hui. Encore trop jeune pour le niveau national à ce moment-là, il est supervisé par le Comité Départemental d’Occitanie. Ce dernier lui offre un environnement propice pour commencer la compétition. C’est à 13 ans qu’il rejoint le Pôle France de Poitiers, pour y connaître la traditionnelle combinaison tennis/études. Deux ans plus tard, il rentre à l’INSEP, suivant ainsi un cursus emprunté par de nombreux autres Français, dont Quentin Halys ou Ugo Humbert.

Après un passage de deux ans à l’INSEP, il retourne dans sa région d’origine à la Ligue d’Occitanie, comme un certain Benjamin Bonzi. Marc Barbier, le premier à l’avoir repéré, devient son entraîneur à plein temps en 2017. En plus d’un préparateur physique qui le suit aussi depuis longtemps, Hugo s’entoure d’un staff qui lui permet de dominer le circuit junior. Il parvient à remporter l’Orange Bowl fin 2017, tournoi considéré comme majeur sur le circuit junior. Celui-ci a par exemple vu passer des vainqueurs comme Dominic Thiem, Andy Roddick ou encore Roger Federer. L’été suivant, il est champion olympique aux J.O de la Jeunesse. Il élimine en finale un Argentin jouant pourtant sur ses terres et porté par un public en feu (voir plus bas). Il finit l’année 2018 à la seconde place mondiale chez les juniors. À sa sortie du circuit junior, beaucoup d’espoirs sont placés sur le jeune toulousain, et à juste titre.

Style de jeu

Gaucher de 1m73, Hugo Gaston est un relativement petit gabarit pour le tennis. Limité dans sa puissance de coups, il se distingue donc plus par sa palette technique, à la manière d’un Corentin Moutet. Tous les coups du tennis sont en effet à sa portée, ce qui lui permet de proposer un jeu très varié. Le jeune toulousain essaye rarement de s’installer dans l’échange, préférant laisser l’adversaire prendre l’initiative pour le contrer ou le pousser à la faute. Gaston est aussi un excellent créateur, capable de démarrer une séquence de jeu et amener son adversaire là où il le veut. Sa capacité à déclencher à n’importe quel moment une amortie et la faire suivre d’un lob ou d’un passing parfaitement touché met constamment son adversaire sur ses gardes.

Et pour ceci, il se repose sur une vision de jeu très instinctive. Quand on le voit jouer, on a l’impression qu’il joue toujours le bon coup au bon moment. Son instinct lui permet de construire ses points avec une justesse que très peu de joueurs de son âge ont. C’est pourquoi il a tant dominé le circuit junior. Pour avoir un meilleur aperçu du style de jeu d’Hugo Gaston, voici le (court) extrait de sa finale aux J.O de la Jeunesse 2018 (le match dans son intégralité est disponible ici) :

Comme montré dans la vidéo ci-dessus, Gaston est un excellent défenseur. Et plus particulièrement sur terre battue. Très rapide sur le court, il peut couvrir une surface très large, mettant en difficulté ses adversaires qui ne parviennent pas à trouver de zones ouvertes. Le topsin qu’il met dans ses balles lui permet d’avoir le temps de se replacer, élément primordial chez un défenseur. Au niveau du retour de service, il utilise un retour « bloqué » plutôt efficace, surtout du côté revers. Son revers, avec lequel il aime beaucoup croiser, est de manière générale plutôt bon. En résumé, Hugo Gaston a un jeu très diversifié, qui le rend plutôt agréable à voir jouer. Il se définit lui-même comme « contreur et créatif » dans une interview à l’Équipe. Le principal point d’amélioration dans son jeu reste son service, pour l’instant bien trop faible pour espérer percer au haut niveau.

Résultats en ATP

C’est en 2019 qu’Hugo Gaston se lance réellement sur le circuit ATP. Il amorce doucement sa transition en jouant principalement des tournois Futures, le temps de s’acclimater au circuit professionnel. Mais très vite, il commence à dominer le circuit et des joueurs biens plus âgés que lui. C’est seulement après une quinzaine de matchs joués qu’il remporte en avril son premier titre professionnel. Un succès acquis à Santa Margherita en Italie. Il connaîtra ensuite 3 défaites en finale avant de retrouver la victoire par 3 fois à l’automne. À Houston, puis à Norman aux États-Unis, avant de triompher à Rodez. Le tout à tout juste 19 ans.

Pour sa première saison en ATP, le jeune toulousain aura donc participé à 8 finales et engrangé 4 titres. Il montre en plus une faculté à être multi-surface, puisque qu’il remporte 84% de ses matchs sur dur, 73% sur terre battue et un honorable 57% en indoor, surface avantageant pourtant plus les gros serveurs. Pour finir l’année, il participe aux qualifications de Paris Bercy où il bat son premier top 100. Il s’impose en effet sur le score de 7/6 6/4 face à Juan Londero, 51e mondial). Il termine sa première saison professionnelle aux portes du top 250, ce qui lui assure déjà l’entrée aux qualifications des Grands Chelems, échéances primordiales pour tout joueur du circuit secondaire.

À tout juste 19 ans, Hugo Gaston bat donc des records de précocité. Dans le top 300, seulement trois joueurs sont en effet plus jeunes que lui : Jannik Sinner, Rudolf Molleker et Jenson Brooksby. Et seul Jannik Sinner a plus de titres que lui. Pour la défense du Toulousain, l’Italien est un véritable OVNI. En bref, les premières chez les pros du Français sont très prometteuses et poussent à considérer un avenir radieux pour lui. Est-il l’avenir du tennis tricolore ? Avant de faire tout jugement hâtif, il est important de voir s’il va confirmer au niveau Challenger/ATP, où le niveau est plus élevé. La saison 2020 devrait justement marquer pour lui une transition vers ces circuits-là. Le jeune français aura donc l’occasion de montrer son talent lors des mois et années à venir, mais il ne fait aucun doute qu’on entendra encore beaucoup parler de lui.

Tom Compayrot


Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une