Nous suivre

Roland-Garros 2022

Roland-Garros 2022 : Rafael Nadal pour l’histoire, Casper Ruud en embuscade

Sébastien Gente

Publié le

Roland-Garros 2022 Rafael Nadal pour l'histoire, Casper Ruud en embuscade
Photo Icon Sport

ROLAND-GARROS MESSIEURS 2022 – Les années passent, mais Rafael Nadal est encore là, cette fois pour récupérer sa couronne abandonnée l’an dernier. Face à lui, Casper Ruud, qui découvre ce niveau, sans pour autant être dénué d’ambitions. Mais difficile d’estimer ses chances face au maître de la terre battue.

Rafael Nadal, encore et toujours au rendez-vous

C’est assez rare pour être signalé, ce n’est pas le nom de Rafael Nadal qui était le premier cité au moment d’évoquer les favoris de ce Roland-Garros. Pour cause, l’Espagnol venait de s’incliner en 8ème de finale à Rome contre Denis Shapovalov, souffrant manifestement du pied. Ce pied qui le fait souffrir depuis des années, à tel point qu’on se demandait s’il pourrait bien tenir sa place. Certes, il était quoi qu’il en soit un prétendant au titre, mais le tirage au sort lui imposait obligatoirement trois matchs compliqués pour atteindre la finale.

Et il a relevé le défi avec brio. D’abord contre Félix Auger-Aliassime, ou l’Espagnol s’en est sorti en cinq manches face à un adversaire surprenant sur la surface. Puis en quart contre Novak Djokovic. Pour sa 59ème confrontation avec le n°1 mondial, Rafael Nadal a asphyxié le Serbe, le poussant à la faute plus que de raison. Un nouveau succès légendaire qui lui a ouvert les portes d’une demi-finale contre Alexander Zverev. Son parcours a alors pris un tournant dramatique. Il avait remporté la première manche 7-6, et les deux joueurs allaient entamer un second tie-break, quand l’Allemand s’est tordu la cheville. Il a été contraint à l’abandon, et Rafael Nadal a ainsi rejoint une 14ème finale à Roland-Garros.

La force de l’habitude

Nul besoin de préciser que Rafael Nadal a remporté 13 titres. Perdre en finale ici n’est pas une option pour l’Espagnol, qui pourrait décrocher, en plus d’un 14ème Roland-Garros, un 22ème tournoi du Grand Chelem (record absolu). De plus, aucune de ses 13 précédentes finales n’est allée en 5 manches. Pour le public, il est inenvisageable de le voir perdre en finale sur le court Philippe-Chatrier. Les doutes nés de ses soucis physiques semblent écartés, mais ne sont jamais réellement loin.

Il souffre d’un syndrome incurable au pied, qui peut se réveiller à tout moment. Reste à espérer que ce ne soit pas en finale. De plus, l’Espagnol a réalisé beaucoup de déclarations énigmatiques qui laissent à penser que non seulement sa saison pourrait s’arrêter demain, mais éventuellement sa carrière. Beaucoup de sportifs aiment à partir au sommet de leur art et de leur légende, et ce pourrait être une belle occasion pour lui de le faire, s’il parvient à se débarrasser de la menace norvégienne.

Casper Ruud, l’ascension programmée

Fils de l’ancien joueur professionnel Christian Ruud, il a déjà supplanté son père comme meilleur tennisman norvégien de l’histoire. Premier joueur de son pays à remporter un tournoi ATP, premier à intégrer le top 10, et désormais premier à atteindre la finale d’un Grand Chelem. Ancien n°1 mondial junior en 2016, il a pris son temps et gravi une à une les marches vers les sommets. Il a dû attendre 2020 pour remporter son premier titre (sur terre battue) à Buenos Aires. Mais depuis, la machine est lancée.

L’an dernier, il a tout simplement remporté cinq tournois sur terre battue, dont trois d’affilée au cœur de l’été. Bastad, Gstaad, Kitzbühel, 12 victoires d’affilée pour grimper vers le top 10. Mais les questionnements restaient nombreux, car tous ses tournois remportés en carrière étaient au niveau ATP 250 (quatrième niveau). Il lui manquait des performances significatives dans les événements de plus grande envergure. Alors Casper Ruud a remédié au problème cette saison. Il a tout d’abord atteint la finale du Masters 1000 de Miami (sur dur), battu par Carlos Alcaraz. Et le voilà en finale d’un Grand Chelem, bien que son parcours n’ait pas été aisé.

Un parcours inégal

Casper Ruud a d’entrée été mis à contribution face à Jo-Wilfried Tsonga. Pour son dernier match en carrière, le Français a plus que contrarié le Scandinave, avant de se blesser au moment de servir pour égaliser à 2 sets partout. C’était encore pire au troisième tour contre Lorenzo Sonego. Mené deux manches à une, il a dû cravacher pour éviter une élimination qui aurait fait désordre. Mais cela aura eu pour effet de réveiller le Norvégien.

Derrière, il a battu 3 manches à 1 Hubert Hurkacz, l’espoir danois Holger Rune, puis le toujours surprenant Marin Cilic. Des succès bâtis sur un gros service, un fort pourcentage de réussite derrière sa première balle, et un ratio coups gagnants/fautes directes extrêmement flatteur. Il a la capacité de tenir l’échange, ce qui est non négligeable face à un joueur comme Rafael Nadal. Reste à savoir quel sera son comportement pour sa première finale en Grand Chelem.

Notre pronostic : victoire de Rafael Nadal

Casper Ruud est le futur du circuit ATP. À 23 ans, il va disputer le plus grand match de sa carrière, sur un court archi-comble, devant un public qui sera tout acquis à la cause de son adversaire. Le tout face au meilleur joueur de l’histoire sur terre battue. On a beau chercher, on ne trouve guère d’éléments qui vont en faveur du Norvégien. Néanmoins, il se présentera sans aucune pression.

Son nom ne venait pas dans les grands favoris de Roland-Garros en début de tournoi. Il a parfaitement exploité une partie de tableau plus faible, en montant en régime progressivement. Un reflet de sa carrière en quelque sorte. Mais Rafael Nadal, avec son expérience, son talent sur terre et sa gestion des points importants (comme il l’a une énième fois montré lors de ce tournoi) semble encore un cran au-dessus du Scandinave. Quoi qu’il en soit, avec deux joueurs typiques de terre battue, la finale de ce Roland-Garros s’annonce superbe.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une